Inscription Aller à: [ recherche ] [ menus ] [ contenu ] [ montrer/cacher plus de contenu ]



L’Hôtel Amelot de Bisseuil (1657-1660), dit des Ambassadeurs de Hollande

Rue Vieille-du-Temple

SSATIMP00314052614120

Le portail donnant sur la rue Vieille-du-Temple

L’Hôtel Amelot de Bisseuil occupe l’emplacement de l’Hôtel de Rieux, où avait vécu Jean II de Rieux, compagnon d’armes de Du Guesclin, puis son fils, Pierre. Cette demeure appartint plus tard à François de Hardy, qui la vendit à Denis Amelot de Chaillou. Le nouveau propriétaire engagea sa reconstruction, mais c’est son fils Jean-Baptiste Amelot, vicomte de Bisseuil, qui mena le chantier.

Pour mettre l’hôtel particulier de son père au goût du jour, le maître des requêtes Amelot de Bisseuil s’adressa à l’architecte Pierre Cottard. En raison de la faible profondeur de la parcelle, celui-ci préféra déroger au modèle parisien entre cour et jardin. Il imagina plutôt deux cours : une cour d’honneur assez étroite, accessible depuis la rue Vieille-du-Temple, et une seconde cour, plus large, donnant sur la rue des Guillemites. Un passage voûté, pratiqué dans le logis principal, permettait de passer facilement d’une cour à l’autre : il est actuellement obstrué par un grand miroir.

A la mort d’Amelot de Bisseuil, en 1689, l’hôtel fut vendu à Jean-Baptiste du Deffand. En 1711, Claude Miotte, secrétaire du roi Louis XIV, s’en porta acquéreur. En 1776, Pierre-Augustin Caron de Beaumarchais (1732-1799) loua l’hôtel entier, où il vécut jusqu’en 1787. Il y aurait écrit, en 1778, Le Mariage de Figaro.

Classé en partie « Monument historique » en 1923, l’Hôtel Amelot de Bisseuil passa, en 1951, à la Fondation Paul-Louis Weiller, qui entreprit, en 1997, la restauration des murs situés du côté de la rue des Guillemites. En 2010, l’hôtel particulier fut vendu à une société foncière, qui engagea une nouvelle campagne de restauration destinée à rendre l’éclat des décors intérieurs ayant subsisté et à désencrasser la pierre du portail et des façades bordant la rue Vieille-du-Temple. Depuis le début de l’année 2017, l’enseigne Chanel loue, au rez-de-chaussée de l’Hôtel Amelot de Bisseuil, des espaces pour sa boutique du Marais.

amelot de bisseuil 2

Les Renommées de l’Hôtel Amelot de Bisseuil

Du côté de la rue Vieille-du-Temple, l’Hôtel Amelot de Bisseuil se signale par un réseau de lignes de refends très présent et un large portail flanqué de pilastres, surmonté d’un grand arc en plein cintre.  

Dans cet arc voûté en cul-de-four, le sculpteur Thomas Regnaudin (1622-1706) exécuta deux Renommées : ces figures, vêtues de tuniques serrées sous la poitrine et assises auprès des attributs de La Guerre, des Arts et des Sciences, se tiennent de part et d’autre d’un médaillon aveugle ceint d’une guirlande.

méduse

Le détail de l’un des vantaux du portail de l’Hôtel Amelot de Bisseuil

Les deux vantaux du portail comportent quatre compartiments : celui du bas est plein, mais les trois autres sont sculptés.

Le compartiment disposé à hauteur de regard présente une tête de méduse grimaçante et celui situé juste au-dessus, deux Amours, chacun assis sur le flanc d’un lion, portant le blason gravé aux initiales entrelacées du maître des lieux. Le compartiment du haut porte une figure allégorique dans un médaillon coiffé de guirlandes. Une Minerve est représentée sur le vantail gauche et une femme tenant une corne d’abondance, sur le vantail droit.

amelot de bisseuil fronton revers

Le revers de l’arc en plein cintre du vantail est décoré d’un bas-relief de Regnaudin représentant les fondateurs de Rome, Romulus et Rémus, avec leur louve nourricière.

SSATIMP00314052614130

La Cour d’honneur de l’Hôtel Amelot de Bisseuil

 Dressée au fond de la cour d’honneur, la façade principale s’élève sur deux niveaux, larges de trois travées. Chaque niveau est percé de hautes fenêtres, légèrement cintrées au rez-de-chaussée et coiffées d’un arc en plate-bande à l’étage. Des mascarons décorent la clé des fenêtres du rez-de-chaussée et le linteau des fenêtres de l’étage. Le linteau du milieu présente plus particulièrement la tête d’un homme casqué, accompagné de trophées d’armes. Un balcon à balustres de pierre, appuyé sur quatre consoles et accessible par une porte-fenêtre, marque la travée axiale.

Les façades latérales bordent la cour et présentent pignon sur rue, offrant pratiquement la même ordonnance et le même décor que la façade principale.

amelot de bisseuil 1

Les termes et le fronton de la façade principale

De petits termes jouant le rôle de consoles portent, sur chaque façade, la corniche sous les toits élevés et percés de lucarnes. Du côté de la façade principale, ils portent la base du fronton qui couronne l’élévation. Ce fronton contient les figures de deux Amours ailés qui semblent présenter un écusson.

amelot de bisseuil

Les cadrans solaires de l’Hôtel Amelot de Bisseuil

Les façades latérales de la première cour portent, entre les croisées de l’étage, quatre cadrans solaires, que le le Père Sébastien Truchet (1657-1729), membre de l’Académie des Sciences, aurait tracés dans le dernier tiers du XVIIe siècle. Ils furent remarqués en leur temps, puisque la Description nouvelle [...] de Paris de Germain Brice les mentionne en quelques mots : « Toutes les murailles du côté de cette première cour sont chargées de Cadrans au Soleil, d’une invention toute singulière » (t. 1, p. 150). Dans une édition plus tardive, l’auteur attribue leur conception au Père Truchet (1713, t. 1, p. 412).

Chaque façade latérale porte deux panneaux gravés et peints sur pierre. Sur la façade, située à la gauche du portail d’entrée, un premier panneau est orné d’un cadran septentrional déclinant du matin. Il est environné d’un phylactère avec l’inscription « VENIET QVAE NON SPERABITVR HORA » (« Elle sera la bienvenue l’heure qu’on n’aura pas espérée »). 

Le second panneau livre les heures babyloniques (comptées d’un lever du soleil à un autre) et italiques (comptées d’un coucher de soleil à un autre). Sa devise est redoutable :  « HIC IMMORTALIA NE SPERES MONET ANNUS NVM ETQUAE RAPIT HORA DIEM » (« N’espère pas l’immortalité : l’année qui fuit t’en avertit ainsi que l’heure qui entraîne tes beaux jours »).  

En plus des cadrans solaires, ces deux panneaux sont ornés de trois sphères armillaires représentant les trois grands systèmes cosmologiques de l’époque : le système géocentrique de Ptolémée, le système mixte, dit géo-héliocentrique, de Tyscho Brahe et le système héliocentrique de Copernic qui, dans la seconde moitié du XVIIe siècle, avait emporté depuis longtemps l’adhésion des astronomes.

amelot de bisseuil cadran solaire

L’un des deux panneaux de la façade latérale, à droite du portail d’entrée

Les deux panneaux de la façade opposée décrivent, d’un côté, un cadran haut, déclinant de l’après-midi, enrichi d’un phylactère portant l’inscription latine « NEC ULTIMA SI PRIOR » (« Ce n’est pas la dernière tant qu’elle en précède une autre »), et de l’autre côté, un cadran bas, donnant la hauteur du soleil et la distance angulaire, enrichis de deux phylactères portant les inscriptions « AZIMUTHS SIVE CIRCULI VERTICALES » (« Azimuts ou cercles verticaux ») et « AMUCANTARATHS SIVE CIRCULI PARALELLI » (« Almicantarats ou cercles parallèles »).

Depuis la réhabilitation de l’architecture extérieure et l’installation d’une boutique de luxe, la cour d’honneur de l’Hôtel Amelot de Bisseuil est désormais accessible. La seconde cour et les décors intérieurs recèlent des beautés insoupçonnables et rarement visibles.

Plus large que profonde, cette seconde cour est bordée par quatre corps de bâtiments, avec rez-de-chaussée à refends et mascarons à la clef des arcs. D’un côté, le bâtiment méridional forme une galerie à arcades à un seul niveau ; elle est surmontée d’une terrasse qui conduit à un portique flanqué de colonnes doriques et couronné d’un fronton formant, à l’étage, le bel accès de l’aile occidentale.

Deux autres façades offrent un décor sculpté particulièrement riche : la façade septentrionale est percée de quatre niches sur deux niveaux, occupées par autant de statues. Du côté de la rue des Guillemites, la façade occidentale, mieux conservée, propose le même dispositif : les quatre niches abritent La Force, La Justice, La Prudence et La Tempérance.

Le décor intérieur de l’Hôtel Amelot de Bisseuil comprend encore huit plafonds peints, notamment Les Noces d’Hercule et d’Hébé, par Louis de Boullogne, dans la chambre à l’italienne, reconstruite à l’identique, et surtout trois compositions illustrant l’histoire de Psyché, par Michel Corneille, dans la grande galerie de l’hôtel particulier.

.
 
123
  • octobre 2021
    L Ma Me J V S D
    « jan    
     123
    45678910
    11121314151617
    18192021222324
    25262728293031

Blog du niveau intermédiaire |
voyageursap... |
Gabriellorez |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Picarré
| Le bonheur d'être simp...
| Chalonculture